Déployer son potentiel pour les femmes

Depuis 2010, Marika Dauvergne anime des stages d’autodéfense verbale et physique pour femmes, notamment pour l’association Potentielle à Dijon.
Elle a été formée à la méthode Seito Boei par Irène Zeilinger de l’association Garance de Bruxelles dans le cadre du projet européen Daphné III. Depuis, elle intervient régulièrement pour différentes structures : Solidarité Femmes à Besançon et Gennevilliers, la Maison des Femmes de Montreuil près de Paris, le centre d’accueil des femmes ADDSEA Pontarlier, des Maison des jeunes sur Paris et Dijon etc.

À Solidarité Femmes Besançon, le stage d’auto-défense s’est construit autour de Marika Dauvergne, de PotentiElle (Dijon). Une rencontre née sur les chemins alternatifs qu’emprunte parfois l’association.
Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit ni d’une initiation à la boxe ni d’apprendre à rendre coup pour coup. Il est ici d’abord question d’un temps d’échanges, d’apprentissage et de dépassement de soi et d’un espace protégé. Protégé par les mots « respect de soi », « respect de l’autre », « confidentialité », « sécurité », affichés dans la salle où va se dérouler le stage.
Lee Bailly-Biichlé, Solidarité Femmes

Du personnel au transpersonnel

La self-défense physique est un moyen de se réapproprier son pouvoir, son corps, pour finalement le transcender et exprimer une conscience du Soi plus large (et autant que possible dénuée de culpabilité..!)

Des mots sont prononcés, partagés.
Des mots parfois difficiles à entendre qui disent les violences subies, mais aussi des mots qui racontent comment on a avancé, réfléchi, reconstruit pas à pas. Des mots qui ressassent et d’autres qui dépassent.
Les expériences sont reposées en regard du contexte commun à toutes : notre éducation en tant que fille et la place qui nous est octroyée en tant que femme. On (re)dit que la violence est punie par la Loi. On (re)dit que tout ceci est construit et qu’il n’y a pas de supériorité naturelle entre les humains. On (re)dit que quand le mari force son épouse à des relations sexuelles c’est un viol. On affirme que les insultes, c’est aussi de la violence. Que le dénigrement, c’est aussi de la violence. À la maison comme au travail, dans la rue.
Et alors que l’une réalise que ce qu’elle a subi, et qu’elle jugeait anodin, surtout comparé à ce qu’a vécu sa voisine, ce sont des violences malgré tout ; qu’une autre comprend que ce qu’elle avait toujours préféré prendre pour une habitude est en fait du harcèlement ; qu’une troisième se rend compte du chemin à parcourir encore pour ne plus avoir peur de son ex-conjoint, une empathie générale unit le groupe.
Cette magie de l’unité est l’une des caractéristique du stage.
Lee Bailly-Biichlé, Solidarité Femmes

Quels objectifs ?

– Améliorer sa santé morale et physique
– Augmenter sa confiance en soi et se déployer au quotidien dans l’authenticité
– Prévenir les situations de violence et se défendre en cas d’agression verbale, physique, psychologique ou sexuelle
Se réapproprier la gouvernance de sa vie.

« J’en suis sortie plus confiante et plus forte mentalement »
« C’était génial, j’en ressors plus forte, plus solide, avec plus d’estime de moi »
« J’ai appris plein de choses sur moi, à communiquer autrement, à ne plus accepter tout, même si ça ne se fait pas en deux jours »
« Ce stage m’a permis de me libérer de mes émotions. J’ai appris sur moi, qu’il suffit d’un regard froid et d’un non ferme pour faire comprendre à la personne en face que c’est « stop » »
« Aujourd’hui je marche dehors plus sereine, en face des hommes et de leurs attitudes »
« C’est bien étudié, les exercices, la façon dont c’est tourné. On peut parler et ça reste entre nous, ça ne sort pas du stage, un stage que toutes les femmes devraient faire, et les enfants »
« Ce stage complète le travail fait à Solidarité Femmes pour reprendre sa vie en main et ne plus avoir peur. Le stage terminé, j’étais apaisée »

Pour qui ?

Pour toutes les femmes, et toutes les personnes se reconnaissant dans une identité de femme, sans limite d’âge, avec ou sans handicap.

L’apprentissage des techniques d’autodéfense tel que proposé ici est adapté à la morphologie de toutes les femmes, quelque soit justement leur corps : grand, maigre, épais, petit, fatigué, gêné par un manque, souple ou pas… Des mouvements simples, à la portée de chacune, sans distinction d’âge et sans entraînement physique particulier. L’un des atouts du stage est que ces gestes sont d’une grande efficacité et applicables immédiatement.
Lee Bailly-Biichlé, Solidarité Femmes

Au programme

Des échanges et des moments de réflexion sur notre éducation en tant que femmes,
– Des techniques physiques : enchaînement de mouvements simples et immédiatement efficaces,
– Et des techniques verbales, pour dire NON et poser ses limites au quotidien, afin que la défense physique soit un dernier recours !

Et surtout…
Les stages sont un moment privilégié entre femmes, pour faire un point sur sa vie et sur ses relations avec son entourage : son amiE, ses enfants, ses parents, ses collègues de travail, sa hiérarchie… pour amorcer une nouvelle dynamique de vie.

Participer à un stage d’auto-défense féministe, c’est parcourir ensemble le chemin qui mène à l’action.
L’objectif est de gagner en assertivité, de s’imposer en respectant les limites de l’autre, et d’être actrice de sa vie !

Renseignements et réservations

Les stages de self-défense verbale et physique pour femmes se déroulent sur 2 jours, en général le weekend, sur Paris, Dijon, Lons-le-Saunier, Besançon, Dole, Pontarlier, Lyon etc.  Cliquez ici pour les prochaines dates.

 

 

4 commentaires

  1. Un grand merci ! Grand moment de partage et de non jugement. Très rassurée, mise en confiance de soi-même. Très bonne formation !

  2. Je pars à l’étranger l’an prochain. J’avais cette peur de partir loin dans un pays avec d’autres mœurs, une autre culture et une position pour la femme différente. Je sais maintenant comment faire pour éviter un conflit et même répondre à une agression. Je n’ai plus peur de ça. Encore Merci.
    (Stage Besançon Mars 2017)

  3. Merci pour ce stage très enrichissant car bien géré par la formatrice très à l’écoute. Merci pour ce retour de confiance en moi.
    (Stage Besançon Octobre 2017)

  4. Hésitante à faire la formation, et maintenant très satisfaite. Ce stage m’a permis non seulement de mieux me connaître mais aussi de savoir ce que je devais faire pour aller mieux, et me débarrasser du fardeau que je porte depuis longtemps. Ça m’a permis d’avoir plus confiance en moi.
    (Stage Besançon Octobre 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *